Le message du nom ?

L'atelier : lieu où les artistes ou les artisans conçoivent et produisent !

cortical : adjectif relatif aux activités du cortex cérébral avec ses différentes aires sensorielles (auditif ou visuel), motrices.... 

 

Quels est le message et les valeurs d'un tel nom ?

L'évolution permanente des organisations (entreprises, collectivités, associations...) implique une remise en cause permanente des pratiques.

Lire la suite : Le message du nom ?

L'atelier de lithographie

Savez-vous que c'est un homme originaire de Brive-la-Gaillarde en Corrèze qui à introduit la lithographie en France ?

Charles Philibert de Lasteyrie, né le 4 novembre 1759 (décédé le 5 novembre 1849), est un agronome et philanthrope français. En revenant d'un de ses voyages, il créé en 1815 à Paris, le premier établissement de lithographie. Il a été initié par l'inventeur du procédé, le munichois Aloys Senefelder (1771-1834). 

Précédemment, on utilisait deux procédés proches : la gravure en relief sur bois, et la gravure en creux sur métal.

 

La lithographie est l'art d'imprimer à l'aide d'un sujet dessiné sur pierre (du Grec lithos, pierre et graphein, écrire). 

Plusieurs artistes s'approprieront cette technique comme Goya, H. Daumier, Gericault, Delacroix, Steinlen... avant le temps des affichistes tels Jules Chéret ou Toulouse-Lautrec.


L'atelier "en vogue"
Ouvert en 1828 l'atelier de Joseph Lemercier, la plus importante imprimerie litho de Paris, imprimaient les épreuves des artistes de renom.
En 1830, 450 ouvriers travaillaient dans la vingtaine d'ateliers litho de la capitale.
Il faut attendre l'invention d'Engelmann (en 1837) du cadre de repérage, pour que l'on puisse réaliser les premières impressions litho en couleurs.
C'est après 1870 que la lithographie s'industrialise jusqu'au début du XXème siècle, donnant naissance à l'offset que nous connaissons aujourd'hui.

L'atelier de l'artisan

L'artisanat est porteur de compétences, de savoir-faire et souvent respectueux d'une éthique en concordance avec la personnalité de celui qui l'exerce : l'artisan.

L’« artisan » est celui qui met son art au service d’autrui. Ce mot a la même origine que artiste, dont il a été synonyme jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Par la suite, artiste s’est appliqué à ceux qui utilisaient leur art pour le plaisir, alors qu’artisan a été lié à l’esprit commercial.


ÉTYMOL.
1.− 1546 artizan « celui qui exerce un art manuel » ;
2. 1560 artizant « artiste, écrivain »
Emprunté, au moment de la Renaissance, à l’italien artigiano, lui-même dérivé du latin arsartis (« art »), et de la terminaison -anus

 

Lire la suite : L'atelier de l'artisan

L'atelier d'artiste


Les artistes sont de plus en plus nombreux dans l’Europe du XIXe siècle.
Effectivement, le statut de l’artiste se démocratise avec le rapprochement des arts décoratifs avec ceux notamment des arts graphiques (lithographie...).

Dans les années 1860,  les locaux réservés aux artistes fleurissent dans les quartiers neufs de Paris tandis que les logements occupés par les peintres officiels et académiques sont eux au cœur de la capitale. On voit aussi se multiplier à cette époque des cités d’artistes où se recréent des espaces communautaires (esprit bohême).

Lire la suite : L'atelier d'artiste